PLUS DE MOU3TASSIM?

Qu’en est il réellement de la nation arabe? Pour se plaire, ou par complaisance démagogique, c’est facile: on peut se laisser dire que nous faisons partie d’une grande nation qui s’étend du golfe à l’atlantique, ça va droit au coeur… c’est vaste et grand! Mais ça va très loin de la raison et de la réalité. Si jamais on jetait un oeil sur la ralité, on ne trouverait que la même confusion, et les mêmes illusions de faire partie de cette nation. Des illusions que beaucoup d’acculés insistent à alimenter. Cette nation qui n’est jamais sortie de son stade théorique et idéologique. Quand le théorique n’est pas concrétisable, il reste toujours simple hypothèse, disent les avisés, mais nos têtus de politiciens s’en accroche malgré tout. c’est comme celui qui insiste à coudre les morceaux de fumées!!! Pour voir en profondeur cette problèmatique, il est sage d’étudier la question de la nation arabe dans toutes les dimensions qui font le propre d’une nation.  Si le mot nationalisme est récent, son sens arabe désigné par « oumma » signifie tout groupe social uni et constitue un collectif solide et indefectible. Le terme  »Imam » signifie chef ou guide pouvant regrouper ou unir un groupe de gens. Si les partisans de la nation arabe puisent leur conviction de l’histoire des peuples arabes au temps du triomphe de l’islam, c’est parce que cette religion était le ciment qui solidifiait cette oumma. Certes l’Islam avait réussi à construire cette  »oumma »en rassemblant tous les musulmans qui la constituent sans autres considérations.

Répondre à cette question suffit de reconnaitre que cette nation n’est unifiée que grâce à la sacralisation de la dimension religieuse qui est le seul élémént valable pour constituer cette  »Oumma » dont les arabes sont une partie constituante, au même titre que les autres peuples, sans distinction aucune. Cette hégémonie religieuse a été l’âme et la force de cette « Oumma ». Toutes les différences s’effaçaient devant la religion monothéïste. Il ne peut y avoir de différence entre les gens sur la base de couleurs d’ethnies. Nous naissons tous égaux, c’est le travail et les intentions qui font la différence entre les hommes. L’histoire nous apprend que cette même nation fut menacée chaque fois qu’on introduisit un fondement autre que la religion. A présent, est-il juste et concrétisable que la nation qui fut jadis fondée sur la religion, peut encore se maintenir sur d’autres fondements, ou même composant avec d’autres? Quand les musulmans ont tourné le dos à la religion, les esprits tribaux et ethniquues se sont réveillés, la nation se trouva alors au bord du précipisse. Les différents arabe et persan fut le premier rappel. L’orgueuil ethnique chez les arabes et les persans avait ébranlé et déchiré la nation musulmane. Pendant le 19ème siècle, le même orgueuil qui attisa la discorde et la haine entre les arabes et les othomans. Les turcs s’étaient alliés aux pays de l’axe (l’allemagne….), et les arabes se sont lancés contre les turcs avec les anglais et les français… Des musulmans qui pactisaient avec son ennemi pour se casser mutuellement…Si l’âme islamique ne peut y être comme élément fondamental et unique dans l’édification de cette nation, pourrait-on parler d’un autre élément de rechange? Ou même d’un ensemble d’éléments qui pourraient réussir dans l’édification de  cette naion? Il suffit de tirer enseignements des régimes impériaux: Les empires ont chuté parce qu’ils ont été constitués de peuples qui ne partagent pas le fondement de l’empire auquel ils sont forcés de se soumettre… Les éthnies on fini par se révolter et se sont libérées d’une ou plusieurs façons.

Nos dirigeants s’entètent et persistent à cultiver le même échec..

bert55 |
Cadence infernale. |
poésie c'est de l'art ,prov... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lechatquifume
| aaronjosu
| lectures, actualités et photos